Uncategorized

découvrez les nouveautés Disney et comment vos abonner

Disney+ est déjà l




[DISNEY PLUS] Le service de SVOD flirte avec les 50 millions d’utilisateurs dans le monde. C’est autant que le nombre atteint par Netflix en 7 ans.

[Mise à jour du 11 avril 2020 à 20h30] Disney+ est l’application la plus téléchargée en France depuis le 7 avril, sur iOS (iPhone) comme sur Android. L’application a été téléchargée 1,8 million de fois sur les deux stores d’application le jour de son lancement. Un chiffre à mettre en perspective avec le nombre de téléchargements réalisés dans les 7 pays d’Europe où Disney+ s’est lancé le 24 mars : 5 millions. La performance français est donc bluffante. Sur iOS, Disney+ domine des poids lourds du secteur, pourtant déjà bien boostés par cette période de confinement (Zoom, TikTok, Skype, Whatsapp ou encore HouseParty).  Pour rappel, rien n’est plus simple que de faire partie des nouveaux abonnés de Disney+. Pour certains des abonnés Canal+ (Famille +, Séries + et Intégrale +), c’est gratuit. Il vous suffit alors de passer par le lien d’activation reçu dans votre boîte mail. Tous ne l’ont pas reçu, Canal+ rencontrant quelques difficultés. Dans ces cas là, contacter le service client. Pour les abonnés Canal non éligibles à l’offre gratuite, c’est par ici. Pour les autres, il suffit de télécharger l’application Disney+ sur iOS ou Android ou de s’inscrire via le site. Pour vous abonner à Disney+, c’est ici.  Vous avez deux options : payer 6,99 euros par mois ou s’engager sur un an, en payant 69,99 euros. Cela vous permet d’économiser 15% de l’abonnement total.  Dans tous les cas, ils bénéficient, après avoir renseigné leur adresse email et leurs coordonnées bancaires, d’une semaine d’essai gratuit. 

Disney+, le service de SVOD du groupe Disney, s’est lancé le 7 avril. En préparation depuis 2017 et lancée le 12 novembre 2019 aux Etats-Unis, au Canada et aux Pays-Bas, la plateforme de vidéos par abonnement se lance finalement en France le 7 avril. C’est deux semaines après la date de lancement initialement prévue, le 24 mars. Mais Disney a dû céder aux requêtes du gouvernement français qui avait peur que le lancement du service de SVOD encombre un peu plus des réseaux déjà bien sollicités en cette période de confinement. Disney+ regroupe des milliers d’épisodes et de films classés par genre. La plateforme met en avant les marques fortes du groupe – Disney, Marvel, Pixar et National Geographic – dont les contenus affiliés sont accessibles en un clic.

L’une des séries les plus attendues est inspirée de l’univers Star Wars et intitulée The Mandalorian. Alors que Netflix a fait du binge watching sa marque de fabrique, en diffusant chaque nouvelle saison d’une série dans son intégralité, dès le début, Disney veut lui créer des rendez-vous. Les nouveautés seront intégrées à la plateforme une fois par semaine, le vendredi. Avec déjà 28,6 millions d’abonnés revendiqués dans le monde début février, la plateforme de SVOD s’est imposée dans un marché ultra compétitif. “C’est un vrai succès car, plus de trois mois après le lancement, on n’est plus dans l’effet nouveauté. L’objectif initial de 60 à 90 millions d’abonnés dans le monde, d’ici 2024, devrait être facilement atteint”, estime Gilles Pezet, analyste média chez NPA Conseil.

© AppAnnie

En France, marché que Netflix domine avec près de 6,7 millions d’abonnés, Disney+ a une belle carte à jouer. “S’il y a une cinquantaine de services dans l’Hexagone, il y a pour l’instant Netflix et les autres, observe Gilles Pezet.  Disney+ a, de par la force de sa marque et de son catalogue, les moyens de faire passer le marché de la SVOD premium d’un monopole à duopole.” Le projet Disney+, fruit de plusieurs années de préparation, est des plus stratégiques. “Il s’agit d’une réorientation à l’échelle du groupe Disney, pour devenir un acteur de poids dans le streaming et le direct-to-consumer, pas d’un simple test”, rappelle Gilles Pezet. L’application du service de SVOD de Disney était d’ailleurs déjà l’application la plus téléchargée en France lors de la journée du 7 avril, sur iOS (iPhone) comme sur Android, selon AppAnnie.

“La politique tarifaire de Disney+ est, au vu du catalogue proposé, délirante. Une série comme The Mandalorian, est d’un tout autre acabit que le Morning Show d’Apple.”, analyse Gilles Pezet. La plateforme a en effet opté pour un tarif très agressif de 6,99 euros par mois ou 69,99 euros par an, avec une période d’essai gratuit de 7 jours. A ce prix, l’abonné peut visionner les contenus en 4K, les télécharger à l’envie et les consulter sur quatre écrans en simultané.  Preuve du positionnement familial de la plateforme, un même abonnement permet de créer jusqu’à 7 profils (contre 4 chez Netflix). Pour en profiter, c’est ici.

“La politique tarifaire de Disney+ est, au vu du catalogue proposé, délirante. Une série comme The Mandalorian, est d’un tout autre acabit que le Morning Show d’Apple”

L’offre est donc bien plus avantageuse que celle de son principal concurrent. Le prix d’un abonnement à Netflix est compris entre 7,99 et 15,99 euros par mois en France. “Cette stratégie tarifaire doit permettre à Disney+ d’engranger un maximum d’abonnés très rapidement. Tout l’enjeu pour la plateforme sera ensuite de se rendre incontournable, en renouvelant son catalogue et en travaillant la rétention de ses abonnés”, prévient Gilles Pezet. Il ne serait toutefois pas étonnant que Disney+ s’inspire de Netflix en augmentant le tarif de ses abonnements d’ici un ou deux ans. “Les prix augmenteront sans doute de deux à trois dollars”, estime Gilles Pezet.

Le catalogue de Disney+ s’articule autour des principales marques du groupe Disney : Walt Disney Pictures, Pixar, Marvel Studios, Lucasfilm et National Geographic. Au programme : plus de 1 000 films, séries et contenus courts issus de ces 5 mondes. Côté Star Wars, les 7 premiers films de la saga seront évidemment proposés, de même que la série très attendue “The Mandalorian”. Les trente premières saisons des Simpson, soit plus de 600 épisodes, seront également mis en ligne.  Une soixantaine de productions Pixar (Toys Story, Cars, Nemo, Ratatouille…) seront également à l’affiche, de même que des programmes du National Geographic. On retrouve également les grands classiques de l’univers animé de Walt Disney (Blanche Neige et les 7 nains, Les 101 dalmatiens, Les Aristochats…) et toute la galaxie Marvel (Avengers, Captain America, Iron Man, Thor…).

La série The Mandalorian est la tête de pont des productions originales made in Disney+. © Disney+

Disney prévoit de dépenser un milliard de dollars la première année en production puis de monter à 2,5 milliards annuels d’ici à 2024. Le groupe a promis 25 séries et 10 films / documentaires originaux d’ici novembre 2020. Plusieurs projets ont déjà été évoqués, dont une série issue de l’univers Marvel, Winter Soldier, et une autre de l’univers Star Wars, centrée sur le personnage d’Obi-Wan Kenobi. Le groupe espère séduire 60 à 90 millions d’abonnés dans les cinq ans, dont les deux tiers en dehors des Etats-Unis.  En France, il devrait composer avec la chronologie des médias, qui impose un délai d’au moins 15 mois entre la sortie d’un film au cinéma et sa diffusion au sein d’un service de SVOD. “Je vois mal Disney, au vu de la place qu’il occupe dans l’écosystème français, prendre le risque de s’en affranchir. On peut toutefois s’attendre à des sorties de film via Disney+, plutôt qu’en salle”, analyse Gilles Pezet. C’est le cas, ‘par exemple, de l’adaptation en prise de vue réelle de “La belle et le  clochard”.

En France, Canal + a obtenu un accord avec Disney en vue d’obtenir les droits de diffusion exclusifs de son service de streaming dans l’Hexagone. L’accès à la plateforme est, comme c’est déjà le cas pour Netflix, intégré à une offre bundle regroupant tous les contenus liés au cinéma et aux séries. Les abonnés doivent bien évidemment payer un peu plus pour y accéder. Le pack Famille+ comprend Disney+ ainsi qu’une soixantaine de chaînes thématiques pour 29,99 euros par mois (puis 34,99 euros au bout de deux ans). Le pack Ciné Séries+ est, lui, proposé avec Disney+, OCS et Netflix à 34,90 euros par mois (puis 49,99 euros). Le pack + de Canal+, avec un accès à l’ensemble des chaînes Canal + et à Disney+, coûte 24,99 euros par mois (puis 34,99 euros). Enfin compter 89,90 euros par mois pour profiter de l”offre Intégrale+ qui comprend toutes les chaînes et services de Canal+ ainsi que Disney+ (puis 99,90 euros). A noter que tous les abonnés de Canal + bénéficient d’un an d’abonnement offert à Disney+ au lancement. 

“Disney+ devra, à terme, être présent dans les boxes d’Orange, Altice, Bouygues Telecom et Free”

“Disney privilégie, sans doute pour des raisons économiques, ses partenaires traditionnels. Ceux auxquels il vend déjà des programmes ou avec lesquels il fait des chaînes spéciales”, observe Gille Pezet. Sky au UK, Telefonica en Espagne et Canal + en France. Le service de SVOD devra sans doute également se rapprocher des opérateurs télécoms, comme l’a fait avant lui Netflix. Ces derniers équipent en effet près de 50% des foyers français avec leurs boxes. “Disney+ devra, à terme, être présent dans les boxes”, estime Gilles Pezet.

Disney+ devra composer avec une rude concurrence. Outre Netflix, Amazon propose son propre service de SVOD, Amazon Prime Video. L’offre est proposée en complément du service de livraison gratuite et au stockage de photos illimité notamment, le tout regroupé sous la bannière Amazon Prime. Pour tester gratuitement le service (puis payer 49 euros par an), cliquez ici.



Source link

Related posts

Yaëlle Leben (Cisco France) : “En vidéo, l’entretien d’embauche se fait plus rapidement et coûte moins cher”

cryptomonnaie101

L’Asic appelle à une concertation sur l’offre légale des plateformes vidéos

cryptomonnaie101

Les actions poussent à la hausse après la décision de la Fed sur le taux d’intérêt

cryptomonnaie101