Uncategorized

530 000 mots de passe d’utilisateurs en vente sur le dark web

Zoom : 530 000 mots de passe d




[ZOOM] La plateforme de visioconférence fait appel à plusieurs sociétés expertes en cybersécurité pour remonter la filière. En attendant, elle demande à ses utilisateurs de modifier leur mot de passe.

[Mise à jour le mercredi 15 avril 2020 à 18h44] Zoom est victime de son succès. A l’heure où les télétravailleurs en confinement se tournent massivement vers la plateforme de visioconférence, les révélations ne cessent de s’accumuler ces dernières semaines sur les défauts de sécurité de l’application.  Dernière information en date : la  mise en vente des identifiants et mots de passe de plus de 530 000 utilisateurs sur le dark web. Dixit Cyble, spécialiste des risques cyber. Les comptes en question ont été obtenus grâce au credential stuffing. Une méthode qui consiste à recourir à des paires d’identifiants et mots de passe déjà découverts en partant du principe qu’ils peuvent avoir été utilisés sur plusieurs services digitaux. Zoom a immédiatement réagi à l’information. “Il est courant que les services web grands publics soient ciblés par des acteurs malveillants qui testent un grand nombre d’ID déjà compromis […]. Ce type d’attaques n’affecte généralement pas nos grandes entreprises clientes qui utilisent leurs propres systèmes d’authentification unique”,  indique la société, qui précise avoir fait appel à plusieurs structures expertes en cybersécurité pour identifier ce dépôt de comptes malveillant. “Nous continuons d’enquêter et de verrouiller les comptes identifiés comme compromis”, précise Zoom, qui demande en attendant à ses utilisateurs de modifier leur mot de passe.

Arborant une ergonomie simple et moderne, Zoom recouvre les principaux cas d’usage de la web conférence, du chat et la réunion en ligne au séminaire digital pouvant accueillir jusqu’à 10 000 participants. Zoom permet de créer une salle virtuelle dans laquelle les collaborateurs peuvent interagir aussi bien depuis leur ordinateur que depuis leur tablette ou leur smartphone. 

A l’heure où les télétravailleurs en confinement se tournent massivement vers Zoom, la plateforme de visioconférence a atteint une audience record de 200 millions d’utilisateurs actifs quotidiens en mars 2020, contre 10 millions lors du précédent pic.

Dans sa version gratuite, Zoom permet de prendre en charge jusqu’à 100 utilisateurs simultanés. © JDN / Capture

Fondé par Eric S. Yuan, ex-vice-président ingénierie de WebEx (un autre outil de visioconférence), Zoom a levé pas moins de 145,5 millions de dollars depuis sa création en 2011.  Dans son dernier Magic Quadrant sur les technologies de web conférence (voir ci-dessus), le Gartner classe Zoom dans son carré des leaders. 

Mis en œuvre par quelque 65 000 organisations à travers le monde, Zoom offre une expérience et une ergonomie des plus intuitives. Pour l’utiliser, il suffit d’ouvrir un compte sur Zoom.us puis de lancer une vidéoconférence via laquelle on pourra rassembler différents collaborateurs distants.

Pour obtenir Zoom, il suffit de télécharger l’application sur le site de Zoom, simplement en procédant à une inscription. La version gratuite de la solution permet une utilisation professionnelle, avec un nombre de meetings illimités, mais affiche une limitation à 100 utilisateurs et des réunions plafonnées à 40 minutes.

L’application Zoom offre une réelle simplicité d’utilisation. En fonction des besoins, plusieurs offres sont disponibles, avec différentes options, comme l’intégration de l’application avec les outils de planification tel Google Agenda ou encore la monétisation et la mise en place de sondages. La solution Zoom est simple, mais son potentiel est impressionnant.

Zoom propose une option qui permet d’enregistrer une réunion ou une intervention, avec la possibilité d’utiliser un tableau blanc virtuel, ce qui est idéal pour des formations en ligne par exemple. Les réunions en ligne peuvent également être enregistrées sur le cloud pour être visionnées plus tard.

La solution Zoom est en plein essor depuis quelques années dans le monde, et notamment en France où elle séduit de plus en plus d’entreprises de différents secteurs. Parmi ses références clients dans l’Hexagone, Zoom compte notamment Deezer, Havas ou encore Sanofi.

L’un des atouts de Zoom réside dans sa version gratuite. Principales limitations de cette dernière : un nombre d’utilisateurs plafonné à 100 et des réunions plafonnées à 40 minutes, comme indiqué plus haut. Des forfaits payants sont évidemment disponibles, selon la taille de l’entreprise et les besoins en matière de réunions et de vidéoconférences. Ils vont jusqu’à 19 euros par mois et par animateur, et une capacité de 1 000 participants par réunion, avec possibilité notamment de prendre en charge la téléphonie. “Le coût d’achat des solutions de réunion de Zoom est généralement inférieur à celui de la plupart des concurrents”, précise le Gartner dans son étude de marché 2019 sur les outils de visioconférence.

Magic Quadrant 2019 du Gartner sur les technologies de web conférence.  © Gartner

Plusieurs options plus spécifiques sont également proposées, notamment le webinaire vidéo qui permet de rediffuser en direct une réunion sur YouTube par exemple, ou encore des intégrations aux système de téléprésence de Polycom ou de Cisco. 

Comment Zoom compose avec la sécurité ?

Zoom propose de façon standard une fonction Security conçue pour faciliter le paramétrage de la sécurité globales des meetings  (activation des accès aux réunions par mots de passe, validation des participants par l’organisateur…). La plateforme de visioconférence va permettre par ailleurs à ses clients payants à partir du 18 avril de choisir la région cloud via laquelle seront orchestrées et hébergées leurs réunions. Ils pourront sélectionner un data center parmi huit localisations : Amérique Latine, Australie, Canada, Chine, Etats-Unis, Europe, Inde et Japon/Hong Kong. 

Là où Zoom se concentre sur la visioconférence, Microsoft Teams est avant tout une messagerie collaborative conçue pour le travail en équipe. Zoom est d’ailleurs utilisable dans Teams via une extension ad hoc. Reste que Microsoft Teams intègre lui-aussi des fonctionnalités de visioconférence, notamment celles issues de Skype for Business. Les deux offres sont donc de plus en plus concurrentes. Dans son Magic Quadrant 2019 centré sur les solutions de conférences à distance, le Gartner classe d’ailleurs également Microsoft parmi les leaders du secteur (voir ci-dessus).



Source link

Related posts

Booster l’adoption des solutions métier grâce au digital learning

cryptomonnaie101

Les batteries en papier, le pari de BeFC dans l’IoT

cryptomonnaie101

Aurore Gambelou (Generix) : “Mon rôle est de lever les freins liés au RGPD dans le cadre des négociations commerciales”

cryptomonnaie101